La Vie en Rose au Portugal

La Vie en Rose au Portugal

Pourquoi trouve-t-on un D. devant le prénom des rois et des reines du Portugal ?

"Avenida Infante D. Henrique", "Rua Rainha D. Leonor", .... Mais à quoi sert donc ce D. que l'on retrouve devant les prénoms, essentiellement pour les membres de la Couronne portugaise ?

 

Il s'agit de l'abréviation de DOM et de DONA qui étaient, au Portugal, un titre honorifique pour les rois, les reines, mais aussi les infants et les membres du haut-clergé et de la noblesse.

 

Aujourd'hui, il n'est plus utilisé qu'au féminin (Dona), toujours devant un prénom. Ainsi, je serai Dona Calou et vous serez Dona Isabel ou Dona Maria. Mais attention, ce mot a perdu l'intégralité de son caractère honorifique. Il est utilisé dans le langage courant, amical, entre des personnes qui se connaissent très bien. à cause de sa connotation un peu vulgaire. Il ne convient pas pour un échange de politesse et de très grand respect où il conviendra mieux d'utiliser "Senhora".

 

Pour les experts :

 

Le terme DOM (puis DONA au féminin) vient du latin DOMINUS (Seigneur).

 

Au début du Christianisme, il était utilisé seulement pour "Dieu" puis le terme modifié en DOMNUS fut appliqué aux papes.

De nombreuses années plus tard, son utilisation fut étendue aux évêques, puis aux abbés et enfin aux moines de certains ordres.

Avec l'usage, le DOMNUS devint DOM.

 

Dès la naissance du Royaume du Portugal, les monarques, considérant le terme comme suffisamment prestigieux, se le réservèrent exclusivement, en privant même leurs bâtards, par voie de testament. Le Roi Denis (D. Dinis), par exemple, avait de très nombreux enfants illégitimes et les priva tous de ce titre dans ses dernières volontés !

Le titre de "DOM" devint également une récompense pour de grands services rendus à la Couronne.

 

Le premier bâtard royal à pouvoir user du titre de DOM fut D. Joao I, le Maître d'Avis et fils illégitime de D. Pedro I.

Le roi D. Manuel offrit le DOM à Vasco de Gama pour le remercier d'avoir ouvert la route maritime des Indes.

Le titre devint héréditaire, et donc transmissible aux enfants illégitimes, avec une loi de Philippe III d'Espagne, régnant sur le Portugal au début du 17ème siècle.

 

Plus tard, le Marquis de Pombal, devenu D. José I, accorda le titre de DONA à toutes les femmes concessionnaires d'un registre de commerce sur la place de Lisbonne. Il souhaitait, par ce geste, encourager le commerce qui, bien entendu, prit subitement un grand essor.

Certains ordres religieux comme la congrégation de Saint Augustin ou les moines de Saint Bruno, conservèrent l'usage du titre jusqu'à leur extinction.

 

 

Texte inspiré de: http://www.arqnet.pt/dicionario/dom.html



23/02/2017
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 371 autres membres