La Vie en Rose au Portugal

La Vie en Rose au Portugal

CHRONIQUES


"Je vais tout vous dire !" Chapitre 1 - mai 2018

Je vous parle d'un temps qui, je l'espère, ne sera pas ...

 

Nous sommes en 3018, quelque part au bout d'un continent, dans un pays paisible où il faisait bon vivre.

 

Cet endroit, lointain comme si la terre y finissait, s'est couvert rapidement d'une végétation humaine d'un troisième ou quatrième type, je ne sais plus.

Des semences sont venues de partout, apportées par un vent d'un genre nouveau que les experts ont appelé Exaptrius.

Il était impossible d'apprivoiser cet élément, impossible. Il tournait comme bon lui semblait, parfois violent, parfois plus doux.

 

Les graines humaines se sont plantées d'elles-même un peu partout, délaissant toutefois les régions intérieures trop froides l'hiver et étouffantes l'été.

Et petit à petit, elles ont germé.

 

Chose étonnante, elles donnèrent des pousses différentes.

On reconnaissait certaines espèces qui s'étaient rapidement acclimatées.

D'autres, plus nombreuses peinaient à sortir de terre et s'agglutinaient les unes aux autres, en massifs

denses, offrant des touches de couleurs anachroniques et difformes dans le paysage.

 

Ces futurs humains-là semblaient plus fragiles, plus "à la merci" de leur nouvel environnement.

Mais la nature est tellement bien faite que la faiblesse des uns était compensée par la force d'autres qui semblaient pourtant venir du même genre, on pourrait dire d'un même sachet.

 

Toutes ces graines donnèrent des humains ou presque, tous verts, mais des verts différents.

Les humains "protecteurs" étaient reconnaissables à leur vert sombre, presque noir, un noir à faire peur et pas vraiment joli.

Les humains "protégés" étaient d'un vert criard, une couleur qui permettaient aux humains protecteurs de le repérer, de les reconnaître.

 

Toute cette nouvelle végétation s'est organisée, très vite. Trop vite ? Je ne saurais le dire.

Les humains vert foncé ont dirigés les humains vert criard comme bon leur semblait, en maîtres d'une drôle de cérémonie.

- "Toi, pour vivre ici, il faudra que tu achètes de quoi te loger"

- "Toi, pour avoir ce droit, il faudra que tu viennes me voir"

- " Hep, toi, là-bas... fais-moi confiance et viens dans mon groupe"

Toi, toi, toi... on entendait que cela. On l'entendait tellement que les plantes indigènes, celles qui avaient toujours été là, avaient fini par appeler les humains "protecteurs", les Toi-Toi.

 

Et des Toi-Toi, il y en avait beaucoup et de plus en plus.

Appâtés par le pouvoir, ils finirent par être tellement nombreux qu'ils se mirent à se battre entre eux pour protéger tout nouveau vert criard.

D'abord sournoisement, puis avec de plus en plus de violence, s'arrachant un protégé dont ils revendiquaient chacun le droit à l'exploitation.

 

Les indigènes ne voyaient pas cela d'un si bon oeil. Jusque là, leur terre était belle et partagée.

Ils se mirent bientôt à murmurer, un son qui s'amplifiait lentement mais sûrement.

Aux indigènes vinrent se joindre quelques plantes nouvelles, ni protégées ni protectrices. Des plantes hybrides mais intégrées. Et parmi elles, un chanteur du nom de Calinha.

 

Les vert foncé, les Toi-Toi protecteurs, rois de ce nouveau monde, n'entendirent pas tout de suite la mélopée mais s'aperçurent tout de même de la présence de Calinha du côté indigène.

Calinha, se mit à chanter plus fort pour attirer l'attention, pour ne pas laisser le monde si mal changer.

 

Il ne fallu pas longtemps aux vert foncé pour comprendre que ce chanteur-là devait disparaître si eux voulaient survivre.

"A mort, Calinha, à mort !"

Calinha se mit à se faire tordre, dans tous les sens, cerné par tous les Toi-Toi inquiets.

Mais il chantait, il chantait et chantait encore. Et même plus fort.

"A mort, Calinha, à mort !", hurlaient les vert foncé affolés

"La la la", répondait Calinha.

 

Il en vît donc de toutes les couleurs, le pauvre chanteur. On lui empoisonna son vin, on lui détruisit son saxophone dont il aimait tant jouer, on l'injuria, le calomnia.

Mais rien n'y fit, un chanteur ça chante, surtout si c'est un air patriote.

 

La mélodie fut reprise, note après note, par les humains bien plantés là.

Puis, par d'autres, des vert criard dont la couleur se mit à changer. Des mutants !

Calinha, les mutants et les indigènes accordèrent leur diapason et le murmure devint chanson.

On se mit à entendre des mots étranges "Heróis", "povo", "memória", "patria", qui se regroupèrent pour faire des phrases, puis des strophes.

On chanta de plus en plus fort, avec de plus en plus d'ardeur, tous ensembles.

 

Tous ? non, pas tous.

Pas les Toi-Toi qui refusaient de s'intégrer au mouvement, trop absorbés par leur manque à gagner.

Ils en vinrent à se boucher les oreilles, à créer des groupes secrets où ils développaient des stratégies sournoises mais malhabiles.

 

Le chant était partout, les vert foncé furent de plus en plus oppressés et finirent par s'en aller.

Avec la fuite des Toi-Toi, les vert criard libérés mutèrent définitivement et se mirent à vivre en harmonie avec les indigènes et les autres espèces intégrées.

 

Le calme revint et, quelque part au bout d'un continent, dans un pays paisible, il fut à nouveau bon vivre.

 

Et Calinha, et la chanson ?

 

La chanson est devenue un air partagé et fédérateur.

 

Calinha ? Il n'avait plus besoin de chanter alors il écrit, il écrit cette histoire, celle d'un temps qui, heureusement n'est plus ...

 

 

Voici le premier chapitre d'un ouvrage dont je commence l'écriture.

Je tenais à le partager avec vous.

L'avez-vous apprécié ? Faut-il écrire la suite ? 

Vos avis me sont utiles.

 

Bien entendu, il va de soi que, dans cette fiction, toute comparaison ou ressemblance avec des personnages ou des évènements réels ne peut être que fortuite.

 

 

A bientôt

Calou Gato

 


09/05/2018
27 Poster un commentaire

L'heure est GRAVE ...

Chers vous tous au Portugal et ailleurs,

 

Nous vivons dans un monde où tout change tellement vite !

 

Les gouvernements sont remplacės, les envies d'union sont brexitées ou catalognėes, les espoirs de paix menacės dans un océan qu'on dit pacifique, les transhumances sont devenues massives et humaines.

 

Dans les réseaux sociaux cette année, et spécialement dans les groupes relatifs au Portugal, j'ai vu des échanges doux et amicaux, mais aussi des partages virulents, voire franchement agressifs.

 

Il est temps que l'heure soit plus G.R.A.V.E. !!!

 

Un G pour Gentillesse dans nos conversations et pourquoi pas un autre G pour Générosité...

Un R pour Respect de nous-mêmes et des autres, mais aussi pour Recul à prendre pour mieux voir et profiter de la chance que malgré tout nous avons...

Un A pour Amour/Amitié bien plus durables et profitables que force ou rage qui finissent par passer...

Un V pour Valeurs humaines indispensables à la survie de notre espèce et un autre V pour Véritable car le mensonge est bien souvent la seule chose qui finisse au grand jour...

Et puis un E pour Emotions car, bonnes ou mauvaises, c'est de pouvoir les gérer qui fait de nous des êtres remarquables et finalement un autre E pour Encore, encore plus G.R.A.V.E.

 

Heureux et G.R.A.V.E. Noël à tous !

 

Avec toute ma tendresse,

 

Calou Gato

 


24/12/2017
23 Poster un commentaire

Portugal : Je dénonce l'inadmissible... Quand les Hommes redeviennent des loups pour les Hommes...

Vous n´êtes pas sans savoir que je cherche un travail rémunéré...

 

De ce fait, je suis amenée, comme tout le monde, à envoyer des CV et parfois, à recevoir des réponses.

 

Bien sûr, nous sommes au courant de l'état du marché de l'emploi portugais, nous n'ignorons pas que le salaire de base est très bas par rapport au reste de l'Europe.

 

Ainsi, un travailleur au Portugal sera au moins (c'est la loi) payé 580 euros bruts/mois (21 jours utiles) sur 14 mois, soit 3,45 euros bruts/heure (sur une base de 21x8h=168h/mois. On peut se laisser à penser que pour un salaire de base, les qualifications requises seraient elles aussi basiques. Ce serait "normal"...

 

Bon nombre de sociétés s'implantent donc au Portugal en raison de cette main d'oeuvre qui peut être bon marché.

Je dis qui PEUT, mais pas forcément qui DOIT !

 

Les entreprises internationales qui arrivent en masse offrant des postes temporaires sur base de projets-clients profitent de cette aubaine mais n'osent tout de même pas- image de marque en cause- exploiter les ressources humaines qu'elles font venir de l'étranger ou trouvent ici. En plus d'un salaire brut plus élevé que la base légale, ils offrent de nombreux avantages extra-salariaux comme des interventions dans les trajets, des tickets repas, des billets de spectacle moins chers, des logements mutualisés mais à des prix avantageux...

 

 

Mais voilà, il y a des entreprises bien moins scrupuleuses et aux pratiques que je qualifierais aisément de honteuses.

 

Je me suis présentée ce matin à Lisbonne, dans un quartier d'affaires assez excentré mais très proche des réseaux de transport en commun. On m'attendait au 7ème étage d'un très bel immeuble entre deux avenues, aguichantes pour la Caldense (habitant de Caldas da Rainha) que je suis, puisqu'elles portent le nom de deux artistes dont ma ville s'enorgueillit.

 

J'avais donc apporté, en présent, le guide de Caldas da Rainha que j'ai écrit l'an dernier (autant permettre à ces gens qui m'engageront peut-être de se cultiver Clin d'œil ohhhh la fayote...).

 

On m'accueille, on m'assoit, on me présente l'entreprise. Là tout va bien. Je m'étais documentée avant de partir : gros groupe d'assurances, pionnier sur certains marchés, implanté dans le monde entier bien qu'aux origines latines... je suis rassurée.

 

Au bout d'un quart d'heure d'échanges sur des sujets divers et variés, on en arrive à l'offre.

 

La voici !

 

Mission :

 

- gérer en front office (en première ligne) l'assistance aux clients. 

Donc, vous avez une assurance chez eux, vous êtes en vacances et accidentez votre voiture ou tombez malade, cela aurait pu être moi qui aurais décroché votre appel.

- diverses tâches administratives internes/externes liées à la mission.

 

Cette mission demande des personnes aux compétences humaines solides (empathie, écoute, etc...) ainsi qu'un grand pouvoir de gestion du stress (le sien et celui des clients). 

En plus, les candidats auront d'excellentes aptitudes informatiques et parleront parfaitement le français ainsi que l'anglais mais aussi le portugais ou l'espagnol (donc polyglottes).

 

Par ailleurs, le service portant sur 365 jours par an et 24H/24H, la plage horaire de travail couvre le 7h30-23h00, du lundi au dimanche, jours fériés inclus.  Une disponibilité totale et une grande flexibilité sont donc exigées.

 

Sachez aussi, me dit-on, que le soir et les weekends, les personnes en charge des appels doivent aussi faire preuve d'un très grand sens des responsabilités, être créatifs et autonomes (ben oui, les responsables ne sont pas forcément là le soir et le weekend).

 

Les conditions (la Responsable du Personnel a dit "notre offre" Sourire

 

1) Vous habitez Caldas da Rainha, il serait bien que vous pensiez à vous rapprocher de Lisbonne pour être sûre d'être disponible.... Oui, dis-je, c'est faisable.

 

2) Ah ! Et...Oups ! on a oublié de vous dire que c'est un CDD. Vous travaillez pour une société d'intérim qui nous vend vos services... mais ne vous en faites pas, cette mission sera longue, longue, longue...

Longue comment ? Ça on ne sait pas encore vous le dire....

Ah ? Mais si je dois louer à Lisbonne, comment je fais sans savoir combien de temps je reste chez vous ? Réponse: sourire...

 

3) Horaire : temps plein (rotations entre 7h et 23h, du lundi au dimanche), soit 40 heures par semaine

 

4) Rémunération brute mensuelle : 639,18 euros (3,69 euros/heure) avec un supplément mensuel de 127,84 euros bruts (en cas de rotation... entendez travail de nuit)

 

5) on vous donne en chèque-repas, 10 euros par jour ("pas en liquide, sinon on a des charges"... véridique)

 

6) pour la rémunération, la période prise en compte est du 21 au 20 du mois suivant mais vous ne serez payée que le dernier jour utile de chaque mois... Ah bon ? et à qui profite mon salaire sur les minimums 10 jours entre la période de travail et la paiement du salaire ?

 

7) les congés et la prime de fin d'année (13 et 14ème mois) sont compris dans votre mensualité.

 

Ma réaction :

 

"C'est sérieux ? Mais c'est impossible de vivre simplement, très simplement avec cette somme"

Réponse : sourire contrit...

 

Puis-je avoir la temps du voyage de retour pour la réflexion ?

Réponse : oui, oui bien sûr... et si vous voulez trouver d'autres candidats pour cette équipe, nous comptons sur vous !

 

Moi : euh !!!! pour les autres, le problème sera le même que pour moi !

Réponse : sourire contrit...

 

En conclusion :

 

Je dénonce les pratiques de certaines sociétés qui offrent des emplois qui exigent des compétences plus que basiques et qui offrent des rémunérations esclavagistes, qui plus est dans la précarité de stabilité (CDD) tout en imposant flexibilité et disponibilité (jusqu'à suggérer un déménagement presque conditionnel à l'embauche)

 

Je dénonce les pratiques de ces mêmes sociétés qui communiquent leurs offres d'emploi sans mentionner les termes réels de l'offre et font donc se déplacer des gens qui espèrent et qui repartent effondrés.

 

Je dénonce les pratiques encore de ces gens qui pensent qu'ils peuvent tout obtenir sur base du simple fait qu'on est dans le besoin.

 

Je dénonce ces pratiques à nouveau car elles ne permettront jamais au Portugal que ses forces vives y restent, acquièrent des expériences additionnelles tout en améliorant leurs conditions de vie.

 

Bref, je dénonce parce que je trouve cela absolument INADMISSIBLE et que je ne souhaite pas ce monde où parfois l'Homme est vraiment un vilain méchant loup pour l'Homme.

 

Calou Gato

1er août 2018

 

 

 

 

 

 

 


01/08/2018
30 Poster un commentaire

Commandez votre T-shirt LA VIE EN ROSE AU PORTUGAL

 

habillé.jpg36959449_1806000729466851_2113304620380979200_n.jpg36976642_1806001499466774_2194052921828573184_n.jpgcalou texte bon de commande.jpg

Une bonne nouvelle ! COMMANDEZ VOTRE t-shirt de l'été.

 

Disponible en Dame, Homme ou Enfant au prix de 14,90 € TTC et frais d'envoi inclus (au Portugal)

 

 

Livraison sous 8 jours ouvrés après réception de votre paiement.

 

Si vous avez du mal avec le bon de commande en ligne qui ne nécessite aucun paiement, vous pouvez bien m'appeler par téléphone au 00 351 963 11 26 11 ou bien par Messenger ou WhatsApp.... c'est comme vous voulez 

 

 

Commandez votre T-shirt en 2 étapes :

 

1) Remplissez votre bon de commande :

 

 

2) Attendez le message de confirmation de votre commande par email et effectuez votre paiement selon les informations qui vous seront alors communiquées

 

Merci et à bientôt

 

Calou


12/07/2018
5 Poster un commentaire

EUROVISION DE LA CHANSON 2018 - C'est au Portugal - Choisissez déjà votre chanson préférée

Cette année, l'Eurovision de la Chanson se tiendra à Lisbonne.

 

La chanson retenue pour représenter le Portugal est connue depuis ce dimanche 4 mars.

 

La voici :

 

 

 

Mais vous pouvez déjà voter pour la chanson qui vous touche le plus.

 

Pour cela, cliquez ici : Ecouter les chansons de l'Eurovision 2018


05/03/2018
2 Poster un commentaire